ASM par

Ses premiers pas, ses axes de travail... Robert Moreno se dévoile avant sa grande première

Commentaire(s)
Robert Moreno, le nouvel entraîneur de l'AS Monaco.

À la veille de son tout premier match sur le banc de touche de l'AS Monaco, Robert Moreno, le nouvel entraîneur asémiste, a profité de son passage en conférence de presse pour revenir sur ses premiers pas et expliquer ses axes de travail.

Officiellement nommé samedi dernier à la tête de l'AS Monaco, Robert Moreno (42 ans) prend peu à peu ses marques sur le Rocher. Après une courte semaine de travail, l'entraîneur espagnol se prépare à diriger sa première rencontre à la tête des Rouge-et-Blanc, demain après-midi (15 heures, Stade Louis-II), face au Stade de Reims, à l'occasion des 32èmes de finale de la Coupe de France. À la veille de cette affiche 100% Ligue 1, l'ancien sélectionneur de la Furia Roja était en conférence de presse cette après-midi et s'est montré plutôt bavard.

"C'était une bonne semaine, j'ai pu voir de bonnes attitudes, les joueurs sont réceptifs", a-t-il indiqué en préambule de son intervention. "Maintenant, j'attends de voir comment les joueurs vont retranscrire sur le terrain les premières informations que nous leur avons données. Un match c'est toujours un examen du travail effectué", a-t-il poursuivi. S'il souhaiterait idéalement commencer par une victoire, qui serait "bonne pour le staff et pour l'équipe", le technicien espagnol, qui juge cette rencontre comme "spéciale", attend surtout des premières réponses.

"J'ai besoin de beaucoup d'informations..."

En effet, Robert Moreno espère, à terme, atteindre une vraie harmonie collective : "Je veux une équipe avec des joueurs qui évoluent ensemble, tout le monde défend, tout le monde attaque... C'est difficile de tout changer en une semaine car je suis un entraîneur qui donne beaucoup d'informations... Nous allons voir les débuts de l'équipe, analyser la performance collective, mais l'idée c'est d'avoir une vision sur le long terme, travailler pour voir l'équipe progresser", a-t-il confié devant les journalistes, et de conclure en dévoilant sa vision du football, résolument pragmatique.

"Moi je veux avoir le ballon, mais si je ne l'ai pas je dois savoir bien défendre. Avoir le contrôle n'est pas une question de vie ou de mort. Je ne suis pas fixé sur le système. L'idée c'est toujours de mettre en place le style qui va le mieux aux joueurs dont on dispose", a-t-il rappelé. Présent en Principauté depuis moins d'une semaine, le technicien espagnol est bien évidemment en manque de certitudes. Une donnée dont il a pleinement conscience, mais qui ne l'effraie pas : "Il y a ce que l'on souhaite faire et la réalité qui est parfois contrariante. Nous devons toujours nous adapter".